L’histoire d’amour entre Albert Lecler et le deux roues perdure depuis 54 ans. Effectivement, cette année, Albert entamera sa 55ème saison de cycliste amateur. Une « carrière » qui l’aura vu arpenter des milliers de cols ; un parcours sportif qui s‘apparente à l’histoire d’une vie, celle d’un homme ayant avalé les kilomètres au guidon de ses « petites reines » pour en comptabiliser aujourd’hui… plus d’un millions. Un exploit !

Depuis tout jeune, Albert aime le vélo. Né à Liège, il conte aujourd’hui volontiers les raids qui le voyaient relier son domicile sur les hauteurs de Liège au quartier de Cointe distant de plusieurs kilomètres. Le tout au guidon de son premier vélo, acquis à l’âge de 14 ans en 1963.

à 1971, il se plaît la plupart du temps à rouler seul. Mais au fil des kilomètres avalés, l’envie lui prend de rejoindre  « La pédale Liégeoise », un des tout premiers clubs de la région. Le goût de rouler accompagné le gagne alors, et quoi qu’aimant pédaler seul, le futur Neupréen se plaît à partager sa passion en équipe.

1971, une date telle un tournant dans son parcours de cyclo-touriste, puisqu’il prend le pli, dès l’entame de la saison, de prendre note de l’ensemble de ses trajets, au mètre près. Et cela continue toujours aujourd’hui !

En 1973, Albert rencontre Nicole avec qui il se marie un an plus tard. La vie suivant son cours, un garçon vient agrandir la famille de sorte qu’entre son emploi de prof dans l’enseignement technique, la construction de sa maison et sa vie de famille, notre cannibale laisse quelque peu de côté sa passion, pour la reprendre de plus belle dès l’entame des années 80, soit quelques mois après son installation à Neupré.

Ainsi à l’été 1986, ce n’est pas moins que le Tour de France qu’Albert réalise en vélo, soit un périple long de quelques 6.000 km étalés sur 28 jours, le tout… sans jour de repos. Une prouesse pour tout cycliste, même professionnel.

Mais la France ne sera pas le seul pays duquel Albert fera le tour, loin de là. À son palmarès : la Suisse, la Belgique, l’Autriche, le Portugal, l’Espagne ou encore l’Italie. En tout, ce ne sont pas moins de vingt grands circuits qui verront Albert fouler leur asphalte parmi lesquels le tour de Corse (au départ de Rotheux !), le tour de Sicile, le Dauphiné libéré, les Transalpines ou un aller retour surprenant entre Rotheux et…Rimini.

Bien entendu, les exploits du Neupréen ne se limitent pas aux grands tours. Ainsi, fan de « classiques », il a parcouru Paris-Roubais (4X), le Tour des Flandres (3X), la Flèche Wallonne (15X), l’Amstel Gold Race (3X), Paris- Tours (3X), Paris- Bruxelles ou encore
Tilff-Bastogne-Liège, un parcours
connu des cyclos amateurs qu’Albert aura roulé 37 fois. Mais l’expédition la plus mémorable de Monsieur Lecler n’interviendra qu’une fois le 20ème siècle passé… à l’été 2007. Fort de ses 44 années de cyclisme, Albert démarre une nouvelle fois de Neupré pour relier une destination habituellement rejointe à pied : Saint-Jacques de Compostelle, soit 6327 kilomètres, seul, durant 29 jours. À ce jour, le plus long périple du bonhomme.

Depuis ses premiers mètres, Albert Lecler a parcouru en vélo une distance totale de plus d’1.400.000 kilomètres soit plus de 34 fois le tour du globe. À titre de comparaison, un cycliste profes- sionnel de haut rang parcourt, tout au long de sa carrière, quelques
500.000 km soit près de trois fois moins que notre rouleur condrusien.

Avec une moyenne générale de 26.000 kilomètres par an (50.000km pour la seule année 1996), Albert se sera même payé le luxe de rouler tous les jours de l’année en 2001, soit l’un des plus importants défis de sa carrière cyclo.

Toujours membre d’un groupe Cyclo à Tilff, il fêtera cette année ses 40 ans d’affiliation au club. Aujourd’hui, Albert continue ses promenades à deux roues, seul ou en groupe, comme lors des « Randonnées de la Mare aux Joncs » qu’il organise chaque année entre mi-octobre et mi-février à Seraing. En 2015, il a encore roulé 38.000km, le tout à 67 ans.

Propriétaire de 11 vélos aux caractéristiques toutes différentes, il avoue de son propre chef qu’il ne s’en séparerait pour rien. Fidèles compagnons d’escapade, ils continueront à l’accompagner lors de ses prochains périples en Belgique et ailleurs.

En guise de clôture, citons Monsieur Rino Piccoli, initiateur de la candidature d’Albert au Trophée du Mérite sportif de Neupré :
« … pour réussir ces exploits, (…) en plus de sa grande motivation, son grand courage, son abnégation, sa ténacité et son excellente organisation, il a pu compter sur l’appui de ses proches et surtout de son épouse Nicole. Bref, Albert, un homme et un sportif hors du commun.»