Pour ce second portrait, nous sommes partis à la rencontre de Monsieur André Danthine, médecin généraliste retraité, membre fondateur et président de l’ASBL Neupré Santé Nandrin…

Monsieur Danthine, pour commencer, qui êtes-vous ?

Je suis un médecin généraliste à la retraite depuis 2010. J’ai habité à Flémalle puis Embourg avant d’emménager à Neupré un peu par hasard pour exercer ma profession dès 1969.

Une pandémie se rependait à l’époque et les médecins manquaient cruellement dans le Condroz. J’ai donc saisi l’opportunité de m’installer à Neupré et ne le regrette aucunement.

Plus tard, avec les autres soignants de la commune, j’ai mis en place Neupré Santé, une ASBL dont je suis le président.

Aujourd’hui, je profite de mon temps libre que je consacre à mon épouse, mes petits enfants et mon jardin. J’ai aussi pu lier énormément de contacts durant plus de 40 ans de métier et il m’arrive encore souvent d’aller visiter mes anciens patients avec lesquels je suis devenu ami.

Pouvez-vous nous expliquer, en quelques phrases, ce qui vous a amené à mettre en place Neupré Santé Nandrin il y a bientôt 30 ans ?

C’est une longue réflexion qui a amené la création de l’ASBL. J’étais engagé à la SSMG, la plus grande institution de médecine générale en Belgique, au sein de laquelle nous participions à de nombreuses formations dans le but de dispenser des soins toujours meilleurs à nos patients.

À l’époque, nous nous préoccupions de savoir comment améliorer les soins prodigués à domicile. Nous avons alors pris contact avec des kinésithérapeutes, des pharmaciens, des infirmiers et des médecins, tous actifs à Neupré. Nous nous sommes beaucoup réunis et nous avons pu rencontrer les autorités communales dès après la fusion des communes afin de mettre en place une proche collaboration avec l’administration ainsi que le Centre d’Aide Public (aujourd’hui C.P.A.S.).

Dans les années 70-80, il existait un réel besoin à Neupré chez les personnes isolées. Nous en étions au balbutiement des aides familiales à cette époque et nous étions souvent contraints de faire hospitaliser nos patients lorsque ceux-ci n’avaient pas de proches disponibles pour s’occuper d’eux. Nous n’estimions pas que cette solution était idéale, mais nous n’avions malheureusement pas le choix.

En mai ou juin 1984, nous avons alors décidé de constituer une ASBL afin d’officialiser notre existence. Assez rapidement sont venus nous rejoindre une secrétaire, une puéricultrice, ainsi que trois gardes malades qui participaient à un autre projet sur la commune.
Rapidement, d’autres gardes malades sont venus gonfler nos effectifs afin de combler une demande sans cesse croissante.

À ce moment, un système similaire au nôtre existait également à Nandrin. Moins reconnu que nous ne l’étions et devant faire face à des difficultés financières, il était voué à disparaître. Nous est venu alors l’idée de nous associer afin d’assurer la pérennité de cette initiative mais également d’assurer un service d’une plus grande qualité encore.

En 2013, Neupré Santé Nandrin compte près de 30 employés et est subsidiée par les deux communes qui participent activement à notre conseil d’administration. C’est une réussite dont nous pouvons tous être fiers.

Vous vous êtes également beaucoup investit pour la Croix-rouge. Vous avez d’ailleurs été longtemps président de la Croix-Rouge Esneupré, une autre initiative en collaboration avec une commune limitrophe…

Il est vrai que j’ai assez rapidement été sollicité par la Croix-Rouge pour devenir président de l’antenne neupréenne. Je ne connaissais pas grand-chose de l’organisation mais j’y voyais, entre autres, une opportunité d’assurer un service médical supplémentaire sur la commune.

Effectivement, cela m’a permis de développer un service de prêt de matériel moderne qui permet aux patients « demandeurs » de rester à domicile pour se soigner dans des conditions idéales. Cela profite donc de manière toute naturelle à Neupré Santé Nandrin.

En effet, quoique Neupré Santé Nandrin et la Croix-Rouge soient deux organismes travaillant indépendamment l’un de l’autre, nous travaillons tout de même en étroite collaboration depuis plusieurs années.

Quant à l’union avec Esneux, elle s’est mise en place il y a quatre ans. Les différentes sections locales rencontraient pas mal de difficultés et nous avons décidé d’unir nos forces. Nous disposons donc aujourd’hui d’une antenne principale située à Neupré et d’une succursale à Esneux qui permet de ne pas générer trop de déplacement pour les volontaires ou la population esneutoise.

Les différentes personnes questionnées à votre sujet ont toutes venté vos qualités humaines. Avez-vous conscience d’avoir apporté un réel plus, d’avoir mis en place un service d’importance  destiné avant tout aux Neupréens ?

La réussite de Neupré Santé Nandrin n’est pas due qu’à ma personne mais au travail de toute une équipe. Je me considère d’ailleurs avant tout comme un chef d’équipe car c’est tous ensemble que nous avons pu mettre en place Neupré Santé Nandrin. Sans la motivation des gens qui m’entouraient, cela n’aurait pas été possible.

Je pense que la mentalité des Neupréens a aussi joué un grand rôle dans la réussite de notre projet. D’autres systèmes ont été mis en place dans d’autres communes sans pour autant rencontrer le succès escompté.

En tant qu’acteur de la vie sociale neupréenne et initiateur de projets reconnus, qu’apprécieriez-vous de voir se mettre en place comme nouveauté à Neupré ?

À vrai dire je suis assez content de ma commune. Tout au long de ma carrière et des initiatives que nous avons mis en place, j’ai pu rencontrer de nombreux interlocuteurs capables d’une grande écoute et ce, quelle que soit leur couleur politique.

Nous avons la chance de vivre dans une commune très agréable et active et il faut en profiter.

Et finalement, en quelques mots, pour vous, Neupré c’est :

Le bien-être ! Une commune mixte qui se veut aussi moderne que sociale…