Le Cimetière américain dans les années 40

Avant-dernier cimetière militaire créé par l’armée américaine sur le sol européen, le cimetière américain que nous connaissons toutes et tous commence à accueillir des dépouilles dès le 8 février 1945. Sept soldats décédés dans des hôpitaux militaires liégeois sont les premiers à y être accueillis. Le site a probablement été ouvert pour désengorger le cimetière américain de Henri-Chapelle : il allait en effet frôler la saturation provisoire avec ses 17.000 soldats, avant le rapatriement d’un grand nombre de corps via Anvers. Il compte actuellement 7.992 tombes tandis que celui de Neuville-en-Condroz héberge actuellement 5.329 corps de soldats américains. L’âge moyen au moment du décès tourne autour de vingt ans. En 1948, celui-ci comptera presque 11.000 tombes avant le début des rapatriements.

L’Ardennes American Cemetery rassemble alors des aviateurs trouvés dans les cimetières civils allemands. Il héberge aussi un laboratoire central d’identification qui permet d’identifier un grand nombre de restes mortels appartenant à des soldats américains inconnus inhumés dans d’autres cimetières militaires américains temporaires. Leur nombre est inconnu mais on sait que 809 n’ont pas été rapatrié. Cent treize n’ont pu être identifiés.

Le cimetière provisoire a compté 39 carrés de tombes composés de 12 rangées de 25 tombes. Une rapide multiplication livre le chiffre impressionnant, mais théorique, de 11.700. Un peu moins de tombes sont remplies car les derniers carrés n’ont été que très peu utilisés. Chaque tombe avait des dimensions standards : 1,83m de profondeur x 1,83m de longueur x 0,76m de largeur et était séparée de ses voisines par 33 cm de chacun des quatre côtés.

Les rangées 3, 6 et 9 n’étaient utilisées que lorsque les neuf autres rangées avaient été complétées. Cela permettait d’inhumer les corps au moyen de camions circulant entre les tombes.
Les mouvements de rapatriement des corps par bateau via Anvers s’intensifieront fin des années 40. Les chiffres mentionnés donnent une idée de grandeur de la tâche entreprise.

Le cimetière couvre une superficie d’un peu plus de 36 ha. Il doit son établissement définitif au devoir de mémoire entrepris par l’American Battle Monuments Commission. Elle gère entre autres 14 cimetières militaires hors territoire américain commémorant la deuxième guerre mondiale. Le cimetière, avec ses constructions remarquables, a été terminé en 1962. Ses tombes sont désormais disposées en forme de croix grecque. Il doit cet aménagement définitif à un bureau d’architectes américain : Reinhard, Hofmeister & Walquist.

Comme le montrent les recherches effectuées par Monsieur F. Dessente, publiées dans Les Cahiers de Jadis, l’histoire de ce très émouvant lieu de mémoire mérite que chacune et chacun d’entre nous s’y arrête. Notre devoir de mémoire est à ce prix.
Une source officielle américaine vaut votre visite sur la toile : http://www.abmc.gov
La disposition des tombes en (début de) carré apparaît ici clairement : 5 rangées de 25 tombes sont occupées au moment où cette photo est prise. L’ouverture d’autres tombes à l’avant-plan révèle le bon ordre qui régnait sur ce cimetière provisoire.