Afin d’inaugurer notre rubrique consacrée aux Neupréens, notre choix s’est porté sur Monsieur Michel Hansenne de Rotheux, ancien  député et ministre belge, entre autres. Rencontre…

Monsieur Hansenne, tout d’abord, qui êtes-vous ?

Je suis né à  Neupré où j’ai habité ma vie durant à deux exceptions près. D’abord, à Bruxelles pour mes 3 dernières années d’école primaire et beaucoup plus tard, pour raisons professionnelles, un séjour de 10 ans à Genève.

J’ai entrepris des études de droit et de sciences économiques à l’ULg avant d’y travailler pendant 10 ans au sein de l’Institut de sociologie. Je me suis ensuite consacré à la politique : député dès 1974, je suis devenu ministre du gouvernement belge en 1978.
En 1989, je quitte mes fonctions de ministre puisque je suis élu  directeur général du Bureau International du Travail à Genève, poste que j’occuperai  pendant  10 ans. Je deviens ensuite député européen jusqu’à mon départ à la retraite en 2004.
Je peux dire que j’ai eu la grande chance de changer d’orientation professionnelle tout au long de ma carrière. Si je suis toujours resté dans le service public que j’apprécie, j’ai cependant eu l’occasion d’y exercer des fonctions très variées.

Vous êtes né à Rotheux et y habitez encore aujourd’hui. N’avez-vous jamais trouvé que l’herbe était plus verte ailleurs ?

Vous savez, quand j’ai quitté Neupré pour Genève, je m’étais fixé pour objectif d’accomplir 2 mandats au B.I.T. avant de revenir chez moi en Belgique. Cela me semblait être une bonne mesure. De plus, je ne voulais pas que mes enfants deviennent apatrides. Car si le terme « citoyen du monde » est bien beau, cela veut tout et rien dire à la fois.  Nous revenions ainsi chaque année pour les vacances. A l’inverse, aujourd’hui, nous retournons trois fois l’an en Suisse pour y retrouver nos amis.  L’amitié est très importante, elle se cultive. Mais il va de soi que mes racines sociales sont ici à Rotheux.

En tant que Neupréen de souche, quelque chose vous manque-t-il du Rotheux de votre enfance ?

Oui et non !
À cette époque, Rotheux était un village de 1000 âmes. C’était une société traditionnelle,  pleine  de pratiques propres à notre culture et à notre environnement. L’esprit communautaire se faisait naturellement à l’époque, alors qu’aujourd’hui, on doit un peu le « fabriquer ».
Je crois que beaucoup de personnes, jeunes comme seniors, idéalisent cette époque, mais personnellement  je ne la regrette pas, parfois je suis juste un peu nostalgique !

À contrario, qu’appréciez-vous plus aujourd’hui qu’hier ?

A Neupré, ce qui est remarquable, c’est l’ensemble coordonné des soins et aides à domicile qui est proposé : Neupré santé, la Croix-Rouge, le CPAS, … Il existe un réel souci des personnes malades, handicapées ou âgées. Je ne pense  pas que l’on puisse trouver ailleurs un réseau d’accompagnement aussi  complet et aussi  bien organisé.

Finalement, en quelques mots : Pour vous Neupré, c’est…

Une communauté et une qualité de vie qu’il faut entretenir et auxquelles il faut être attentif. Cela exige  une implication de tous.